Art Crans-Montana - La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir.
RSS

Fourni par FeedBurner


Articles récents

Entretien avec Christian Neel
A la recherche des contes
le bourdonnement de la couleur
Monet - Accueillir l'ephémer
L'aquarelle (extrait de wikipedia)

Catégories

aquarelle
Arcimboldo
Art
artiste
Christian Neel
Comment regarder un tableau
enfants
Glacis
Monet
Moulia
naïf
Photographe
Placucci
Prischedko
Schreyer
Sfumato
Vermeer

Archives

février 2012
novembre 2011
août 2011
juillet 2011
avril 2011
mars 2011
février 2011
janvier 2011

fourni par

News de Art Crans-Montana

le bourdonnement de la couleur

 
 
Ce texte est tiré d'un article de pratique des arts hors série aquarelle no 15
 
 
 
pour pouvoir voir tous les astuces et la démarche de Viktoria vous pouvez consulter cette revue... super intéressante.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Architecte de formation Viktoria mène une réflexion sur l'espace biplan, les trucages optiques et le révélateur émotionnel de la couleur. Scellé par une technique à la fois rigoureuse et inventive, cette oeuvre simple dans l'apparence des sujets révèle, à bien y regarder, une complexité plastique inédite et captivante.
 
 
 
Au crépuscule, les couleurs d’un paysage s’intensifient, se charge d’une nouvelle vibration. C’est avec les couleurs et les transparences que Viktoria traduit cette curieuse atmosphère de veille, particulièrement sensible à la clarté des lanternes et des murs obliques qui cache le ciel noir de la nuit. 
 
 
 
 
 
 
 
Étape 1
 
Le sujet : rue en perspective, longée par 2 bâtiments et éclairée par des lampadaires. Victoria place les lignes des façades d’immeubles : deux plans distincts apparaissent. C’est sur les 2 panneaux que reposera la mécanique du paysage. Elle apporte ensuite des indices pour caler les proportions et indiquer les échelles de valeur : d’abord les lanternes qui jalonnent le tableau en oblique, puis les personnages d’arrière plan.
 
 
 
 
Étape 2
Viktoria mouille la feuille des 2 côtés en la plongeant quelques minutes dans un bain d’eau. Elle fait varier dès à présent  les zones humides avec du papier absorbant. Elle retire par endroit le trop plein d’eau avec la volonté de varier le processus de diffusion de la couleur et de jouer sur les rendus de transparence. Avec des mouvements rapides du bas vers le haut elle étale le jaune sur les zones les plus humides : Des flaques de lumières se forment alors que leur couse se ralentit sur les parties asséchées. 
 
 
 
 
 
 
 
Étape 3
Avec  de la couleur opaque, elle couvre les rectangles des murs d’immeubles : un orange lumineux jouxte un violet sombre. En longues touches croisées, elle alterne les teintes et construit un patchwork éphémère de couleurs. Sous l’action de l’eau, les teintes se propagent et se mêlent entre elles. Selon un schéma mental, elle tente de rétablir l’équilibre jusqu’à ce que la couleur se stabilise.
 
 
 
 
 
Étape 4
 
 
 
Avec un mélange de bleu outremer et de bleu céruléum, elle apporte quelques respirations en signifiant l'espace qui s'ouvre face aux immeubles posés en quinconce. Sur la partie droite du tableau, elle bâtit, un troisième mur avec un violet, cette fois très opaque. Sur la surface blanche, laissée en réserve, elle trace à l'aide d'une brosse moyenne les lignes de l'escalier au bleu céruléum pur et colore le fond de la ruelle.
 
 
 
 
 
 
 
 
Étape 5
 
 
 
A l'aide d'une brosse très fine, elle reviens sur les détails, en particulier les lampadaires où les boules de verre forment encore des points blancs laissés vierges. Elle applique sur chaque point une dose d jaune opaque puis elle tire au pinceau traînard une ligne discontinue dans les tons bruns pour évoquer le pieds de fonte Avec un mélange de violet et de bleu outremer, elle reprécise les horizontales de l'escalier et dessine les encadrements de fenêtres. Sur les pans colorés des façade, la peinture est encore bien fraîche, les lignes dessinées sont ainsi pas trop nettes et fondent avec les couleurs sous-jacentes.
 
 
 
Étapes 6
 
 
 
 
Afin de stopper la diffusion des couleurs, elle tamponne avec du papier absorbant les zones d'intersection. Puis, sur les parties les plus claires, elle ramène la couleur au pinceau afin d'obtenir un léger effet de salissure. Elle se concentre enfin sur les personnages en privilégiant des couleurs telles que l'orange pour poser ces silhouettes comme des accents de lumière, en contrepoint de la clarté des lampadaires.
 
 
 
 
 
Voici le résultat final:
 
 
 
 
 
 
 
 
Cela n'ai qu'une entrée en matière vous trouverez  les trucs, astuces et réflexions  de  Viktoria
 
dans le hors série no 15 de pratique des arts
 
A bientôt

2 commentaires pour le bourdonnement de la couleur:

Commentaires RSS
Franck on vendredi 26 août 2011 15:07
Quand Viktoria revient à montana, j'aimerais la rencontrer....
Répondre au commentaire


Françoise on vendredi 26 août 2011 15:10
Très intéressant, mais très compliqué... Est-ce que vous donner des cours???
Répondre au commentaire

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment